Que savons-nous de la Covid19 et de la pandémie ?


Tout ce que nous savons c’est hélas que nous ne savons (presque) rien. Ce virus tue. Il est là cause de la saturation des services de soins… Y a-t-il une solution à part isoler chacun d’entre nous ? Je ne le pense pas.

Faut-il isoler tout le monde ? Je ne le pense pas non plus..

Quelle peut être la moins mauvaise des solutions ? La discrimination ! Oui, je sais, j’ai dit discrimination et cela ne m’enchante pas.

Quelle discrimination ?

Pour faire court, il me semble primordial d’isoler les personnes à risque. C’est-à-dire celles et ceux qui, à cause de l’âge ou de maladie, sont les plus fragiles. Ce n’est pas simple de dire cela…

Un confinement des personnes fragilisées permettrait de diminuer le nombre d’entrées en réanimation car le problème est bien là : nous manquons de personnels qualifiés en réa. L’histoire du nombre de lits, sans être dépourvue d’importance, est moindre car on peut trouver de la place pour tous. Nous n’avons pas les moyens humains de faire face à la situation.

Ce confinement discriminatoire aurait aussi l’avantage de permettre un redémarrage de notre économie. C’est terrible de le rappeler, mais restons lucides et sincères en toutes circonstances, l’économie est moribonde et nous ne pourrons pas supporter bien longtemps les méfaits, là aussi, de la Covid19… Nombre de commerçants, d’artisans, de sociétés de tous types vont fermer leurs portes de façon définitive. Tout est en danger.

Il faut donc préférer ce concept de confinement discriminatoire, qui me touche aussi, que de laisser ces gens souffrir ou mourir tout en constatant le désastre économique pour la nation.

​​Déjà il nous faut penser au « temps d’après ». Il faudra tout relancer. Cela sera coûteux et long mais nous n’aurons pas d’autre choix qu’investir, très massivement, pour le redressement des entreprises en difficulté du fait de la pandémie. Dans le même temps, il faudra inciter largement à la création et l’installation d’entreprises très diverses sur notre territoire. Il y a bien d’autres choses à faire pour se relever et l’une d’entre elles est primordiale : La création, sur notre sol, de véritables industries, dans tous les domaines. Créer, consommer, exporter français sera le levier principal de la France d’après. Pour l’heure, l’avenir de la France est dans les mains du Président de la République. Ce dernier annoncera, ce soir, à 20H, ses derniers arbitrages et les nouvelles dispositions à appliquer. Espérons, pour tout le monde, que ces mesures soient enfin plus lisibles et compréhensibles mais surtout véritablement plus efficaces que les précédentes. Nous nous devons, en cette période plus que jamais délicate, d’être soudés, vraiment solidaires et même de laisser nos convictions politiciennes de côté. Laisser de côté nos convictions politiques ne doit pas pour autant dire que nous ne serons pas attentifs aux risques de déviances politiques que le pouvoir en place pourrait utiliser, à des fins électorales, en se cachant derrière le bouclier sanitaire. Les prochaines échéances électorales ; départementales, régionales voire présidentielles ne doivent pas être repoussées, cela serait une grave faute politique. En revanche, repenser le mode d’organisation des scrutins doit être une préoccupation afin que la démocratie puisse s’exprimer dans des conditions de sécurité maximale.

Jean-François SOYEZ, Wattrelos le 28 octobre 2020

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s